Page 6 - #PSLMaVille 12
P. 6

p ortrait  René Gay

    ‘‘Merci                                                         ‘‘
      Georges !

                 Le 7 septembre dernier, René a subi une greffe de
                 rein. C’est son gendre, Georges Hadji-Lanbrou, qui
                 s’est porté volontaire pour ce don d’organe. Trois
                 mois se sont écoulés et les premiers résultats sont
                 concluants. Une histoire qui a bouleversé René, la
                 gorge encore nouée lorsqu’il l’évoque. En cette
                 période de fin d’année, c’est une belle histoire à
                 raconter au coin du feu surtout lorsqu’elle se
                 termine en apothéose. Georges lui a fait le plus
                 beau cadeau de Noël avant l’heure. Un cadeau
                 d’une valeur inestimable !

    I l y a des histoires qui changent la vie     Six mois d’examens
      d’un homme, son regard sur la vie,          Avant de réaliser la greffe, c’est un
      son regard sur les hommes. René est         véritable parcours du combattant qu’il a
    atteint de la maladie de « Berger », nom      fallu mener pour savoir s’il y avait
    du professeur qui l’a découverte,             compatibilité entre lui et moi. Six mois
    laquelle provoque une insuffisance            d’examens ont été nécessaires tout en
    rénale qui à terme conduit soit à une         sachant qu’il existait une chance sur un
    greffe de rein, soit à être dialysé avec      million pour que cela fonctionne. Plus
    toutes les contraintes que cela               difficile en l’absence de lien de sang :
    engendre au quotidien. Les cas sont           « nous avons fait les examens
    rares et il a été diagnostiqué en 1994 :      ensemble. On a débuté en octobre
    « quand je l’ai appris, cela m’a fait un      2015. Nous avions le même rhésus. Les
    choc surtout lorsque j’ai su que l’on ne      médecins étaient confiants. L’aspect
    pouvait pas en guérir. Durant plus de 20      mental était tout aussi important pour
    ans, j’ai été traité avec des comprimés.      l’équipe médicale. Nous avons eu,
    La vie a continué jusqu’au jour où je me      séparément, un entretien individuel sur
    suis senti très fatigué à la suite d’efforts  nos motivations respectives. Le
    répétés. Mon médecin m’a annoncé              chirurgien n’en revenait pas de notre
    qu’on arrivait au bout. Il fallait passer à   implication. Il nous a dit Chapeau. Nous
    l’étape supérieure : la greffe ou la          avons fait une batterie d’examens car ils
    dialyse avec ses désagréments. Ma             devaient être tous concluants avant la
    famille a été mise au courant et              greffe. Six longs mois et au bout une
    spontanément, mon gendre, Georges,            véritable délivrance. »
    s’est porté volontaire pour me donner
    un rein. Pour moi, c’était inouï ! Les
    mots me manquaient. »

#6

                                                                                             ort saint louis du rhône
   1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11